Si vous demandez aux Français de vous parler d’un salon professionnel, il y a de fortes chances que le premier qui leur vienne en tête soit le Salon de l’Agriculture. Il faut dire que depuis 1964, et sa première édition, le salon n’a cessé de prendre de l’importance.

C’est la campagne française qui monte à Paris, la rencontre de deux mondes parfois si éloignés.

Et l’attachement des Français n’est pas feint. S’il est devenu le rendez-vous incontournable des hommes et femmes politiques, le « Salon de l’Agri » est aussi celui des familles.

Un salon unique en son genre

On sait que la France est un pays d’Agriculture. Seulement, cela nous apparaît encore plus clairement à l’occasion d’une visite du salon.

Syndicats agricoles, grandes sociétés de l’agroalimentaires, mais surtout éleveurs, agriculteurs, dresseurs, artisans… Toute la pluralité des professions est représentée.

Ce sont ainsi des concours de chiens, où les éleveurs viennent présenter les plus beaux représentants de chaque race. C’est aussi un concours équestre ou de félins.

Mais bien sûr ces stands ne sont pas les plus célèbres…

La ferme

Dans l’imaginaire collectif, le salon de l’agriculture est avant tout une gigantesque ferme où se croisent les ovins, bovins, porcins ; mais cette année aucune volaille pour des raisons sanitaires.

Il faut voir le défilé des vaches dans les allées, l’attroupement devant une truie qui allaite ses porcelets, les ânes nonchalants, les moutons toujours en groupe, etc…

Et après cette promenade, il s’agit de se reposer, voire se restaurer.

Le marché

Et deux halls sont réservés aux produits agricoles !

L’un est destiné aux produits venus de l’étranger, d’Europe comme d’ailleurs. Mais aussi aux produits venus des régions d’outre-mer : rhum, accras et autres délices venus directement de la France du bout du monde.

L’autre met en avant les produits de la France métropolitaine (Corse incluse). Les producteurs, grossistes ou coopératives se regroupent ainsi par zone géographique. Un tour de France en quelques heures : des nougats de Montélimar, aux délicieuses huiles d’olive varoises en passant par la volaille de Bresse et la charcuterie Basque. Le plus grand défi à relever, presque impossible à atteindre: ne rien acheter, tant tout est alléchant.

Et si vous avez de la chance, ou des compétences, peut être participerez-vous au Concours Agricole (fondé en 1870) afin d’élire les meilleurs produits de l’année.

Et avec plus de 610 000 visiteurs cette année, on peut sans risque se dire à l’année prochaine, le salon de l’Agriculture a encore de nombreuses belles années devant lui.

Leave a Reply